Troisième Chapitre : Périls.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Troisième Chapitre : Périls.

Message par Narrateur le Mer 21 Déc - 14:36

Troisième Chapitre


~~~


Caïm
Centaure vagabond

Caïm brûlait de retrouver le Satyre pour se moquer de lui. Il avait au bout de la langue une inspiration telle, qu'il ne souciait plus que d'une chose, retrouver l'affreux bipède et rire de lui. Aussi, quand la basse troupe revint triomphante au camp, il se précipita à sa rencontre.

Un cornu, plus gras et velu que les autres, lui tint à peu près ce langage :

" Capitaine Satyre s'est perdu,
Il a voulu courir après quelques couillus,
J'espère que le Maître n'en sera pas déçu,
Il ne reviendra, m'est d'avis, que pendu. "

Arrêté dans sa précipitation, le centaure offrit au vil petit être plus d'attention. Il avait le sens de la rime, certes sa médiocrité lui empêchait encore la délicate palme de l'alexandrin, mais pour un de sa race, c'était déjà un fait méritant. Il sortit du creux de sa poitrine, d'une bourse invisible, deux pièces d'un bon argent, qu'il lança à son visage avant de partir au triple galop.

Il savait qu'il n'y avait qu'un moyen de fuir du village gobelin, c'était courir vers le précipice, vers le nord. Sa rapidité légendaire l’amènerait bientôt à rejoindre le Satyre, quelque soit son avance, pour voir ce qu'il en était de sa poursuite.

Un grondement lointain, bestial et terrifiant, le surprit et faillit le faire trébucher, mais il continua sa course, toujours hâté par la moquerie qui cherchait à tout prix de sortir par sa bouche. Il fut par la suite à deux doigts de s'écraser sur une jeune femme porteuse d'un sceptre magique, mais sa folle course ne lui permit pas de détailler plus entièrement cette beauté inconnue. Il croyait avoir vu deux ombres l'accompagnait. La nuit les avait camouflé, dérobé à sa vision.

Il déboucha enfin derrière le Satyre, qui haletait déjà.

~~~
avatar
Narrateur

Messages : 120
Date d'inscription : 28/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Ven 23 Déc - 13:42

Ils avaient marché jusqu'à l'aurore et même toute la journée qui suivit, la nuit commençait à tomber.

"Je commence à avoir mal aux pieds à marcher autant ! Décidément ...

Tu veux que je te portes maman ?

Non, non ! Tu n'es pas en état voyons ! ... *En parlant d'état, il est en bien meilleure forme depuis hier, à croire que c'est notre camp qui l'affaiblissait ! Le voilà qui re-sourit et qui gambade !* ... Vous habitez si loin que çà ?


Ben d'habitude, Triom nous téléportait quand on allait faire nos ... affaires chez vous ou à l'Iceberg ! Mais ouais, à pied, çà fait un peu plus long ! Mais t'inquiète ! On va dormir à l'abri ce soir ! On y est presque !"

Quelque chose de rapide leur passa devant très prêt. Dans la pénombre, il avait été trop rapide pour qu'on voit bien ce que c'était.

"On aurait dit le galop d'un cheval, mais je n'ai pas pu distinguer de cavalier ! Il faut être fou pour galoper à cette allure en pleine forêt !

Nan maman, ce n'était pas un cheval, mais un sentor ! Triom dit toujours qu'les sentors çà connait la forêt comme les druides ! Alors j'suppose qu'il peut s'permettre de foncer entre les arbres et les branchages sans risque ! Bon, çà va, apparemment, il avait un truc important à faire, s'est pas occupé d'nous !

On dit Centaure, pas sentor ! un être mi-homme mi-cheval (à l'adresse d'Enoria pour lui expliquer ce que c'était)

Euh ouais, si vous l'dites mon "grand monsieur" ! Bon, aller, on continue ? on est presque arrivés !

Oui, oui, tu as raison ! Reprenons !"
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Sajin Komamura le Lun 26 Déc - 21:49

Ailleurs ...

Komamura prit appui sur une branche, sauta rapidement de branche en branche, se déplaça derrière le cylope, s'élevant toujours plus haut. Arrivé à la bonne hauteur, il s'élança et tira d'un coup net sur le manche de son arme, la délogeant du postérieur du monstre. Il retomba au sol.

"Navré, monsieur "de la hauteur", pour cette piqure involontaire ! Il semblerait que je vous ai confondu avec une pierre !

Çà va comme vous voulez ?
"
avatar
Sajin Komamura

Messages : 127
Date d'inscription : 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Narrateur le Mar 27 Déc - 15:35


Cyclope


" MIS A PART QU'ON PRENNE MON POSTERIEUR POUR UN CAILLOU, TOUT VA BIEN ! "

Il se gratta le bouc, ce qui eut pour effet de faire pleuvoir sur Sajin et Orcan un tas de restes, et de morceaux de carcasses.

" QU'EST-CE QUE VOUS FAÎTES LÀ ? "
avatar
Narrateur

Messages : 120
Date d'inscription : 28/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Eäron Valil le Mer 28 Déc - 0:09

Eäron Valil se sentait de plus en plus mal à l'aise. Chaque pas qu'il effectuait lui disait de faire demi-tour car il pressentait un danger imminent. Il décida bientôt de faire part de ses inquiétudes à Enoria. Celles-ci ne cessèrent de s'agrandir avec la brusque apparition du centaure.
La pause arriva bientôt, il avait enfin réussit à faire céder Slap-tout-sourire. Ce dernier faisait les cent pas, pressé de repartir, loin des murmures.

« Enoria, je ne crois pas qu'il soit très sûr de continuer cette aventure. Écoute, je suis druide depuis un bon nombre d'années et je sais que notre petite balade va mal finir. Je le sais. Je ne connais pas ce petit diablotin mais pour notre sécurité, je te conseille de réfléchir à la situation. Je pense qu'il est préférable que l'on fasse demi-tour. »

Il n'eut pas le temps de finir sa longue remarque sur les dangers qu'il encourait que Slap s'écriait :

« En route, vite ! Nous sommes pressés !
- Laisse-nous encore cinq minutes de repos, s'il te plaît, Slap. »

Eäron recommença ses murmures :
« De plus, la présence d'un centaure dans ses lieux n'est vraiment pas rassurante. Je doute qu'il soit un ami, alors qu'allons-nous trouver derrière ce bosquet ? Et le prochain ? Es-tu sûr de la fidélité de ton ami ? Il nous mène au beau milieu de la gueule du loup j'en ai l'impression ... »
avatar
Eäron Valil

Messages : 65
Date d'inscription : 31/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Mer 28 Déc - 16:01

"J'ai confiance en lui !

Et puis si y'a un problème, je pourrais nous téléporter aussitôt dans le camp ... Rassurez-vous !
"

Ils repartirent.

"On est bientôt arrivés ?

Oui, oui, bientôt ! On y est presque !"
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Slap-tout-sourire le Ven 30 Déc - 13:56

Alors que jusqu'ici, il avait marché à peu près en ligne droite, Slap commença à zigzaguer, comme s'il cherchait quelque chose de précis. Mais à ce moment là, il leur demanda de marcher exactement derrière lui. Après 5 mn de ce manège, il s'approcha d'un arbre géant, pas tellement différent des autres, et passa sa main devant une branche de lierre accrochée sur l'écorce. Les feuilles du lierre s'animèrent et formèrent une rune. Un panneau dans l'écorce s'ouvrit, comme une porte.

"Voilà !! Entrez vite ! Çà se referme presque aussitôt !"

Ils le suivirent à l'intérieur et l'écorce se referma, le lierre reprit sa forme sauvage. Ils étaient dans une pièce, pas très grande, mais bien aménagée, à l'intérieur de l'arbre qui semblait en partie creux. Un salon ou une salle de séjour, 2 bancs, une table, un coin pour faire du feu et un crochet suspendu au dessus, certainement pour accrocher une marmite. Certainement que la fracture dans l'arbre devait remonter jusqu'en haut, permettant l'évacuation de la fumée. Ils restèrent un instant sur place, le temps de s'habituer à la lumière faible du lieu.

"Bon, ok, quand tu zigzaguais, tu cherchais quel était le bon arbre, c'est çà ? Mais pourquoi il fallait qu'on te suive ?

Pas que, pas que ! L'arbre, çà va, je le retrouve assez vite ! Mais tout le coin est truffé de pièges ! Mon frère, il aime pas les visiteurs, même les bêtes sauvages se font avoir ! Remarque çà fait du ragoût comme çà ... J'vous ai fait passer juste entre les pièges ! Pareil, pour ressortir, faudra bien me suivre ! Y'a que Triom, qui les a posé, et moi, qui savons où qu'ils sont tous ! Didiurm arrive jamais à s'en souvenir de tous ! y'en a qui paralysent, d'autres qui grillent, d'autres qui électrisent, d'autres qui empoisonnent, d'autres qui t'emprisonnent dans un filet ... faut faire gaffe !

Génial ! Bon, donc on est arrivés alors ? C'est là que vous vivez ? mais vous dormez où ?

A çà !
(Slap montra 3 ombres entre les grosses racines de l'arbre qui s'enfonçaient dans le sol) C'est juste un rideau noir, derrière chacune, y'a un tiot tunnel qui mène à nos chambres à moi et à mes frères ! J'vais jamais dans celle d'Didi, c'est trop l'bordel là d'dans ! Et puis celle là ! (il en montra une des 3), c'est celle d'Triom ! C'est interdit d'y aller, même pour Didi et moi ! Y'a plein de pièges pires que ceux de dehors dans l'tunnel ! Par contre ..."

Il attrapa vivement le poignet d'Enoria et l'attira sous le 3ème rideau, un petit tunnel d'1m50 de haut où il fallait baisser la tête pour ne pas heurter une racine, et ils arrivèrent dans une petite pièce creusée dans la terre. Tout un tas de bric-à-brac posé le long des murs, et un tas de coussins recouvrant le sol. Il tira le poignet vers le bas pour la faire s'asseoir sur un coussin.

"Là, c'est chez moi ! On est bien, hein ? On est mieux qu'à ton camp tout méchant ! C'est un peu serré pour 2 mais çà peut l'faire, alors qu'est-ce t'en pense ? qu'est-ce t'en pense ? Hein ? (Il ne lui lâchait pas ses mains, il avait l'air tout excité, comme un enfant devant un jouet) ... Par contre, y'a pas d'place pour 3 ! L'autre, faudra qu'il dorme dans l'salon ! J'lui ramènerais une couverture !

Euh oui, oui ... enfin, je sais pas si on va rester, je voulais surtout étudier la magie de ton frère, pour comprendre pourquoi tu es si malade dans mon camp, et si en pleine forme ici ...

Ooooooh ... au moins une nuit ... s'teplé ! s'teplé ! faut se reposer après la trotte qu'on vient d'faire !

Bon ... ok, ok ... au moins une nuit ... mais faut en discuter avec Eäron !

Dac !
"
avatar
Slap-tout-sourire

Messages : 22
Date d'inscription : 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Sajin Komamura le Jeu 5 Jan - 13:12

Devant le cyclope ...

"Et bien ... nous nous promenions à la découverte de la forêt ... ceci est votre territoire sans doute ?

EN EFFET C'EST CHEZ MOI QU'ON EST LA ! CA VOUS POSE PROBLÈME ?

Du tout, du tout ... Justement, nous pensions chasser un peu, est-ce qu'un cerf vous intéresserait-il ? en dédommagement de ce que j'ai fait à votre postérieur ?"

Le Cyclope se gratta à nouveau le bouc, mais cette fois-ci, Orcan et Komamura savaient où il fallait être pour ne rien recevoir sur la tête.

"MOUAIS ! CA PEUT L'FAIRE ! RAMÈNE MOI CA ! ON VERRA APRÈS !

Content de pouvoir vous être utile Monsieur ... monsieur ?

J'M'APPELLE OSKOOR !! ENFIN C'EST COMME CA QU'LES GENS M'APPELLENT EN GÉNÉRAL, ALORS CA DOIT ÊTRE MON NOM !

Enchanté de faire votre connaissance, Monsieur Oskoor, je me nomme Orcan Damuulf !

Quant à moi, mon nom est Sajin Komamura ! Et bien, nous partons de ce pas chasser de quoi vous dédommager !

VOUAIS ! ALLEZ-Y LES P'TIOTS !"
avatar
Sajin Komamura

Messages : 127
Date d'inscription : 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Eäron Valil le Mer 1 Fév - 15:26

Eäron Valil patientait dans le salon, là où son amie et Slap l'avaient laissé. Il examinait les parois de l'arbre dans lequel ils s'étaient infiltrés. Il y vit quelques mots de langue étrangère et pu en comprendre un peu le sens.
C'était une histoire, probablement celle de la famille à Slap, chronologique. Chaque date inscrite correspondait à un évènement particulier.
Il put scruter au maximum cette écriture mais son manque de connaissance de la langue ne lui permit pas d'aller plus loin dans la traduction.

« Voilà peut-être quelque chose que ce petit diable pourra m'enseigner. Enfin, plus vite nous serons sorti d'ici, plus vite nous serons en sécurité je pense. D'ailleurs, en parlant de sécurité, je vais aller jeter un petit coup d'œil dehors. Une évasion pourrait s'avérer possible si besoin ..., chuchota-t-il dans sa barbe. »

Comme il venait de l'annoncer, il ouvrit la porte et commença l'inspection de ses fameux pièges. Il n'avait plus qu'à attendre l'interruption d'Enoria pour retourner à d'autres occupations.

« D'ailleurs, j'ai oublié de discuter à propos de ce qu'elle me voulait ! Quand l'occasion va-t-elle enfin se présenter ? »
avatar
Eäron Valil

Messages : 65
Date d'inscription : 31/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Jeu 2 Fév - 15:04

Justement, Eäron entendit la voix d'Enoria revenir du couloir. Laissant Slap dans sa chambre, elle émergea seule dans le salon.

"Euh m'sieur le druide ... on peut parler ?"

Tandis qu'il revenait vers elle, elle s'assit sur le banc.

"Vaudrait mieux attendre qu'il soit avec nous pour faire un tour dehors, c'est plus prudent ...

Euh sinon, on n'peut pas repartir de suite, la nuit va tomber ... Slap nous propose de dormir ici ce soir ! Si vous voulez bien dormir dans le salon, il va vous ramener une couverture !

Mais, ce n'est pas pour çà que je voulais vous parler ... J'ai un ami, un halfelin, il est prisonnier dans une grotte ... et le satyre dont vous nous avez parlé était là ... si on pouvait savoir où est cette grotte, je pourrais peut être me téléporter avec 1 ou 2 personnes pour qu'on le récupère et qu'on file au plus vite le temps que je puisse reprendre des forces et nous retéléporter à l'abri. Je m'inquiète pour lui ...
"
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Bardok Poing de la Terre le Ven 10 Fév - 14:09

Pendant ce temps là au camp ...

La nuit précédente avait été longue. Ponctuée de parties de carte et de pintes de bières. Les 2 nains et l'homme lézard avaient appris à se connaître. L'érudit dans une plus petite mesure car il avait abandonné en cours de route, autant de fatigue que de tolérance à l'alcool.

Parmi les différents plans en travaux, les nains réfléchissaient à étendre leur zone de vie. Concevoir 2 bâtiments dont 1 plus gros en face à face et une cour intérieure. Ainsi Algo aurait sa propre maison où il pourrait y mener ses travaux scientifiques, tandis que les nains auraient un grand atelier, munis d'un étage pour leur servir de maison. La cour intérieure semi-fermée fournirait un endroit pour les tests en extérieurs pour eux 3.

Le lendemain, en l'absence du général pour donner les ordres, et de l'homme-loup pour fournir les gros bras, les 2 nains et l'homme-lézard prirent les choses en main. Le déboisement et la construction de la palissade avancèrent à bon train. Heureusement que Balegleth était là car à plusieurs occasions, l'absence de la force de Sajin faisait défaut et les humains présents sur la zone de travaux apprirent à découvrir la force prodigieuse du seigneur écailleux.

"Ben dis donc mon grand !! T'es un sacré costaud toi ! Heureusement que t'es là ! A ce rythme, on va bientôt réussir à la finir cette palissade provisoire ! Merci !"
avatar
Bardok Poing de la Terre

Messages : 19
Date d'inscription : 04/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Eäron Valil le Ven 10 Fév - 22:29

Eäron et Enoria avait rapidement fini leur conversation d'hier soir, encore interrompu par le vilain petit Slap qui avait fortement insisté prétextant une quelconque raison.
Ainsi, le druide n'avait pas pu déterminer l'exacte position du halfelin. Encore fallait-il qu'il soit encore en vie. Pourquoi l'aurait-il gardé ?
Plusieurs grottes existait dans la région, un peu moins d'une dizaine à peu près, mais il serait dur de trouver la bonne. Surtout que d'après le témoignage de la magicienne elle n'avait vu que l'intérieur de celle-ci.

Il était tôt, le soleil se levait à peine. Une nouvelle journée commençait. Eäron avait plutôt bien dormi au contraire de la femme pensait-il car toute la nuit n'avait été qu'un mélange de sons effrayants pour des personnes qui n'étaient pas habituées à ce mode de vie. Il venait de finir son petit tour pour se divertir les esprits, s'amusant à jouer avec les pièges. Il avait enfin réussi à se frayer un chemin précis à suivre en cas de fuite précipitée.
C'était une des qualités et en même temps un défaut de l'érudit : un peu maniaque de la perfection.

À peine était entré dans l'arbre qu'un grand bruit se fit entendre dans la pièce à côté. Le druide s'y précipita aussitôt, soucieux.
avatar
Eäron Valil

Messages : 65
Date d'inscription : 31/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Flinny le Ven 10 Fév - 22:46

Flinny était toujours assis sur le sol rocailleux de la grotte, les mains nouées. À vrai dire, il n'avait pas pu bouger les poignets depuis sa capture. Deux traces sanglantes étaient maintenant apparues et le frottement avec la corde ne faisait qu'empirer le grattement devenu insoutenable.

« Flinny veut rentrer chez lui ... Flinny peur ... Flinny mal ... Flinny faim soif ... Flinny veut rentrer chez lui ... Pourquoi mal Flinny ... Innocente petite créature ... », ainsi sanglotait-il, murmurant faiblement des paroles.

Ces dernières au fil du temps devinrent, peu à peu, très vite incompréhensibles et ne furent plus que des hoquets de douleurs ou de pleurs.
Il continua ainsi durant toute la nuit. À son réveil, il recommença avant de se rendre compte qu'il était seul désormais. Depuis combien de temps ? Était-ce déjà le cas hier soir ? Ne l'aurait-il pas battu de nouveau s'ils l'avaient entendu pleurer comme ça ?

« Flinny trouver pierre pointue », s'écria-t-il presque pour se redonner un peu de vigueur.

Ses muscles étaient endoloris mais il pouvait tout de même rouler vers un côté de la grotte. Ainsi, il tente de frotter la corde contre de la roche pointue du mur.

« Aie, aie, mal ! Aie, aie ! Vite, vite ! Flinny doit se dépêcher ! Monstres revenir ! », se plaignit-il encore une fois dû à ses tentatives de couper ses liens.

Il bégaya ainsi pendant encore quelques heures. Il essaya toutes les pierres acérées mais la corde était solide. Plusieurs fois, il s'arrêta, se mit en bouille en pleurant à chaudes larmes pour ensuite se relever, reprendre courage.
Mais une second voix chez lui lui chuchotait que ses agresseurs l'avait peut-être oublié. Cela ne fit qu'empirer sa situation et il se mit à pleurnicher plus fort, plus longtemps.
Pourtant, les liens se défaisait à vue d'œil mais il ne semblait pas s'en rendre compte, trop malheureux et martyrisait par lui-même.


Dernière édition par Flinny le Lun 13 Fév - 21:56, édité 1 fois
avatar
Flinny

Messages : 8
Date d'inscription : 16/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Narrateur le Sam 11 Fév - 18:30

Effectivement, dans sa fuite, le chaman gobelin fonçait droit vers le précipice. Lorsque Caïm émergea derrière Néfarius le satyre, ils venaient de s’aventurer sur un promontoire si aride qu’aucune mousse n’y poussait. Sur cette clairière naturelle, les 2 hobgobs dont 1 au sol faisaient écran entre le chaman au bord du vide et le satyre dont la fourrure était couverte d’écume. Caïm commença à faire le tour de la scène pour avoir tous les protagonistes de profil lorsqu’il remarqua que la respiration forte de Néfarius n’était pas dû à de l’essoufflement mais à de l’exaltation ; ses veines pulsaient et son regard semblait comme possédé.

Ah ben bravo ! Ils ont si bien résisté qu’il est en transe frénétique maintenant ! Si jamais je me moque de lui maintenant, il est capable de m’attaquer moi aussi ! Pas drôle du tout !

Glép et le satyre échangèrent à nouveau quelques coups de sabre tandis que le chaman cherchait une ouverture. A nouveau, il lança un trait de feu qui frôla l’épaule de son garde du corps juste au moment où il croisait le fer avec Néfarius. Le feu lécha le visage du satyre mais après un nouvel hurlement, les flammèches furent encore absorbées par ses brassards.

Le satyre sauta d’un pas en arrière.

"Enfin, j’ai assez d’énergie !"

Il tint son sabre à deux mains. Les 2 brassards et le sabre brillèrent de milles feux. Il frappa le sol devant lui. 2 énormes crevasses en Y se propagèrent vers les hobgobs. Un geyser de gravier émergea sous chacun d’eux, les soulevant en l’air tandis que le promontoire ainsi détaché de la falaise s’effondrait en contrebas, emportant avec lui le chaman encore surpris par le procédé. Les graviers se solidifièrent, prenant l’aspect de gigantesques avant-bras de pierre, les hobgobelins emprisonnés dans les 2 mains de pierre.

Le satyre posa un genou au sol, apparemment très affaibli, mais il jeta aussitôt un regard meurtrier au centaure, juste pour être sûr qu’il ne prenne pas cela comme un signe de faiblesse, ni comme une ouverture pour tenter quelque chose contre lui.

"Tu peux te moquer de moi maintenant si tu veux ! Je suis de nouveau moi-même ! Par contre, vagabond, tu peux me dire qui surveille notre allié et notre prisonnier si tu es là ?

Tu te méfie donc de tes alliés ?

Bien entendu ! Aucun, pas même toi, n’est digne de confiance !

C’est trop d’honneur que tu me fais !

Parfois, je me dis que tu es aussi intelligent et fourbe que moi ! Et dire que Bagw croit sincèrement être le plus puissant …

En force pure, je le lui concède volontiers !

Oh toi ! Dès que tu peux éviter un conflit !

En parlant de conflit … ce combat et les pertes obtenues valaient-il la peine ?

Bien sûr ! Les troupes récupérées compensent largement les pertes ! Et affronter ce chaman m’a divertit bien plus que la plupart de mes derniers combats !


Diverti ? Ce n’est pas toi qui sens le cochon grillé et la sueur par hasard ? Drôle de notion de divertissement, trop peu pour moi ! "

Le satyre réanima son fouet qui ligota les 2 hobgobelins. Ils furent mis en croupe sur le centaure et ils repartirent en direction du campement homme-bête, en continuant leur conversation caustique, mi-amicale, mi-agressive. Bien qu'ils se détestent ouvertement, Caïm reconnaissait que Néfarius était le seul avec qui il pouvait converser aussi longtemps sans provoquer une soudaine envie de le tuer.

Plus bas, à flanc de falaise, accroché à une racine, le chaman gobelin reprenait ses esprits.

L’ordure ! Il a bien failli me tuer ! Il m’a tout pris ! Ah ce que j’ai mal partout !
Dès que j’aurais réussi à trouver un moyen de remonter cette falaise, je jure de me venger de toi sale poilu ! Tous les moyens seront bons !
avatar
Narrateur

Messages : 120
Date d'inscription : 28/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Mer 15 Fév - 0:16

La nuit avait été mouvementée pour Enoria, mais pas en raison des bêtes des bois.

La tenture de séparation gardait bien la chaleur, et la chambre étant conçue comme un terrier géant, la terre tassée étouffait les sons pouvant venir de l'extérieur. Slap avait été aux petits soins, installant confortablement Enoria parmi ses coussins. Elle avait juste enlevé ses pièces d'armure et sa cape et la fatigue de la marche aidant, elle s'endormit assez vite. Faire entrer des étrangers dans leur maison ... si Triom l'apprenait, il écorcherait son frère vivant. Slap frémit à cette pensée et se blottit contre Enoria, passa un bras apeuré autour de sa taille.

Les rêves d'Enoria étaient perturbés, une succession de petits cauchemars, chacun ponctué d'une intervention malsaine de Triom, une salle blague, ou une torture ... Souvent, des images de leur demeure revenaient, mais dans ses rêves, elle lui semblait plus profonde, comme si il y avait autre chose en dessous d'eux. Un objet revenait lui aussi, un médaillon ... et Enoria en était persuadée, ce médaillon était lié à Slap ! Sa santé en dépendait. Une douleur de plus en plus présente commença à déranger la concentration d'Enoria, ses poumons devenaient douloureux, elle avait du mal à respirer.

Elle se réveilla en sursaut. Slap dormait toujours contre elle, la tête posée sur son ventre. Elle n'arrivait pas à respirer, et pour cause, un serpent assez fin s'était enroulé autour de son cou, comme un constrictor, et commençait à resserrer sa prise. Elle ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit, elle essaya de tendre la main vers l'épaule de Slap pour le réveiller mais ce geste lui demanda d'énormes efforts. Elle le cogna maladroitement et enfin le réveilla. Slap se redressa les yeux embrumés.

"Hein ? quoi ? qu'est ce qu'il y a ? tu veux quelqu ... ?!? Héééé !! C'est quoi ce truc ! Beurk un serpent !!"

La vue du serpent acheva de le réveiller, il essaya de tirer dessus mais il avait du mal à défaire sa prise. Il s'assit à califourchon sur Enoria et des 2 mains, tira de toutes ses forces sur la queue du serpent.

"Mais c'est quoi c'te bête ?!? Lâche mon Enoria !! Lâche la !!"

L'animal finit par céder et Slap emporté par son élan bascula en arrière, projetant violemment le serpent contre un petit meuble. Le serpent brisa le bois dans un fracas anormal.

Eäron qui revenait de sa promenade entendit le bruit légèrement étouffé par la tenture. En écartant le rideau, il vit Enoria, le visage rouge, qui toussait et Slap, à cheval sur elle qui lui désignait le serpent du doigt en tremblant.

"Là ! Là, m'sieur l'druide !! Ce machin a voulu tuer Enoria !! C'est pas un serpent normal ! Il est trop fort et trop lourd ! Faites gaffe !!"
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Seigneur Balegleth le Mer 15 Fév - 12:59

En effet, l'homme-lézard fut d'une aide très précieuse aux humains du campement. La fatigue se ressentit peu à peu chez ces derniers, au fur et à mesure que la palissade s'améliorait.
Le Seigneur Balegleth comprit que cette protection était essentielle et il y mit toute son énergie. De toute manière il n'avait rien d'autre à faire et se lier d'amitié avec ces autres créatures que sont les hommes était vraiment enrichissant.
Bientôt une atmosphère légère, de plaisir, s'installa. Les réfugiés de l'Iceberg firent plus ample connaissance avec les 'vieux' de ce petit fort tout comme ce fut le cas pour l'homme-lézard.
Le campement fut bientôt un lieu de rires, de blagues où l'on partageait ses connaissances et ses expériences de ce genre de situation.

Pour sa part, le Seigneur Balegleth en profita pour commencer à maîtriser la langue humaine. Une des nombreuses qualités de ce peuple était la facilité de l'apprentissage et c'est ainsi qu'en une journée il savait déjà saluer, se présenter, discuter un petit peu et même connaissait quelques expressions des humains qu'il avait retenu par-ci par-là et en avait connu après le sens.
Malheureusement, son petit dictionnaire ne fit pas tout et c'est ainsi qu'il mit à contribution les nains qui se ravirent de pouvoir se moquer de lui dès que l'occasion se présentait.
avatar
Seigneur Balegleth

Messages : 7
Date d'inscription : 02/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Eäron Valil le Mer 15 Fév - 13:27

Le druide vit aussitôt le serpent que Slap lui avait désigné. Il s'empara de son lourd bâton et mit ainsi en joue le reptilien.

« Restez derrière moi ! Il ne m'a pas l'air venimeux, c'est déjà ça, sinon vous seriez déjà morts à cette heure là. »

Il fit un pas en avant et le serpent se dressa et gonfla pour sembler plus impressionnant. Au moins, cet animal là avait les mêmes réflexes qu'un serpent anodin.
Eäron s'avança encore une fois et la bête attaqua. Elle possédait les couleurs d'un boa arc-en-ciel ainsi que sa force décuplée mais le druide n'avait jamais vu bête similaire. Le druide préférait penser au pire et c'est pourquoi il jugea l'animal de venimeux. Pour lui, une seule morsure serait fatale. Il ne fallait pas sous-estimer un adversaire.
Ce dernier montra bientôt une gueule sans dent et confirma ainsi le premier soupçon d'Eäron. Pourtant l'animal attaqua d'une façon surprenante. Il glissa sur le sol, indemne de sa précédente culbute, bien plus rapidement que la normale. Mais le druide était prêt et il frappa, transperça la peau du reptilien et par la même, le bois ci-dessous. Le sang se mit à couler mais l'ennemi restait en mouvement de la tête, toujours aux aguets.
Eäron s'accroupit et avança ses deux mains, à proximité de l'animal sans que celui-ci puisse le mordre. Il balança son poing gauche et le ramena aussitôt vers lui. Il étudiait la défense de la bête. Et cette dernière était surprenante, d'autant plus que le reptilien était cloué au sol.
En effet, il avait ouvert de nouveau la bouche à l'approche de la main du druide et s'apprêtait à la gober toute entière. Eäron sut rapidement pourquoi. Certains serpents comme celui-ci pouvait broyer les membres d'un ennemi avec cette méthode en les bloquant dans leur gueule et en pivotant leur corps de 360°.
Le druide se releva, se retourna et dit à Slap et Enoria qui se situaient derrière lui :

« Le moins dangereux pour nous serait, je pense, soit de le laisser mourir à petit feu, soit de l'achever comme il se doit mais pour cela, je crains devoir abîmer d'autant plus le sol qui se trouve sous cette bête. Mais j'aimerais également l'étudier de plus près et c'est pourquoi je pense que je vais la garder en vie, tout au plus quelques heures. Cela nous vous dérange pas ? Enoria, tu peux peut-être m'aider à trouver d'où vient cet animal là non ? Enfin, va te reposer et on en reparle après. »

Ainsi ils sortirent tous les trois le temps de se remettre un peu de l'attaque du serpent.
Lorsque qu'Eäron vint à nouveau dans la chambre où avaient couché Enoria et Slap, le reptilien n'était plus là, ni-même le bâton du druide. Ils s'étaient littéralement volatilisés.
avatar
Eäron Valil

Messages : 65
Date d'inscription : 31/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Jeu 16 Fév - 19:56

Que l'animal anormal ai disparu ne l'étonnait pas tellement mais que le bâton ai aussi disparu, là, çà lui rappela autre chose. Enoria se remémora la première fois qu'elle avait fait connaissance des 3 frères. Si Slap n'avait fait que la mater et Didiurn l'avait chargée comme s'il avait s'agit d'un adversaire redoutable (ce qui à ce moment là était complètement disproportionné) ... Triom, lui, avait plutôt cherché à lui subtiliser son sceptre, se téléportant avec lui.

"Je ... je suis presque sûre que ce serpent est un autre "piège" de Triom !! Qu'il se barre avec ton bâton, c'est un signe ! Triom avait déjà cherché à me voler mon sceptre une fois !

Par contre ... j'ai vu quelque chose en rêve avant que le serpent ne m'attaque ...

Slap ! Il n'y aurait pas une autre pièce à cette "maison" ? Une pièce en dessous du salon ?
"
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Slap-tout-sourire le Ven 17 Fév - 17:52

"Hein ? eu normalement non ... j'ai jamais entendu parlé de çà ! D'puis que j'vis ici, j'ai jamais vu de pièce en dessous ...

Le vilain serpent serait à mon frère ? Il a voulu faire du mal à Enoria, j'ai eu peur, c'est pas gentil ! Il aurait pas osé quand même ...
"

Slap se prenait la tête à 2 mains, il semblait perdu et confus.
avatar
Slap-tout-sourire

Messages : 22
Date d'inscription : 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Narrateur le Mar 21 Fév - 18:46

De leur chasse, Komamura et Orcan ramenèrent un sanglier et une biche. Ils revinrent voir le cyclope et lui laissèrent la biche. Il accepta et parut avoir oublié le coup de lame dans son postérieur. Peut être l'avait-il déjà oublié avant même qu'ils ne ramènent la biche. Par acquis de conscience, ils la lui laissèrent et repartirent.

"Voilà un voisin bien encombrant !

Bah, il n'a pas l'air méchant, du moment qu'on ne le provoque pas ! Et puis il peut nous servir si une bande de monstres passe dans son voisinage !

C'est sûr qu'il vaut mieux ne pas être du côté de son poing le jour où il s'énervera !

Allez ! Rentrons ! Notre escapade a assez duré ! Il faut préparer les défenses avant que ceux qui ont ravagés l'Iceberg ne viennent dans la direction de notre camp !

Je suis bien content qu'Eäron nous ai amené le seigneur Balegleth ! Avec lui de notre côté, je me sens plus rassuré lorsque le minotaure arrivera !

Tu penses que tu n'es pas de taille ?

Ce n'est pas çà mais nous ne serons pas trop de 2 pour "gérer" une telle force de la nature ! Moi, ma partie animale vient du loup ! Lui, il s'agit d'un Taureau tout de même !

Je te fais entièrement confiance quant au sort du Minotaure mon brave Sajin !


Vous me faites trop d'honneur général !"

Ils rentrèrent au camp alors que les nains et l'homme-lézard (assistés de tous les hommes valides du camp, accompagnés des remarques pertinentes d'Algo) venaient d'achever le "mur d'enceinte provisoire".
avatar
Narrateur

Messages : 120
Date d'inscription : 28/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Ven 24 Fév - 0:15

"Je suis sûre de ce que je dis !!

Laissez-moi faire ! les blagues de ton frère commencent à m'énerver !
"

Enoria s'agenouilla sur le sol du salon et posa son sceptre devant elle. Elle se concentra un petit moment, une lumière bleutée s'échappait de la pierre de son sceptre. Soudain, elle se releva d'un bond et tapa le sol fermement avec le bout du sceptre. Le sol s'ouvrit comme un rideau qu'on écarte, dévoila une volée de marches faites avec les racines de l'arbre et amenant tout droit dans une pièce aussi large que l'intérieur de l'arbre, située juste en dessous. Là, ce qui semblait être une chambre, la décoration trahissait une touche féminine, et dans un coin, tout un bric à brac entassé. Trônant sur le tout, le serpent enchanté se dressait, menaçant.

Enoria pointa son sceptre droit dans sa direction et un éclair de lumière frappa le serpent qui tomba au sol, prenant alors ce qui était sa véritable forme : une branche morte torsadée.

Enoria s'approcha du bric à brac.

"Regarde Eäron !! ton bâton là sur le dessus !"

Puis soudain, une pièce de tissu attira son regard.

"Hééé !! mais ce désab... cette tunique je veux dire, il est à moi !! Quand me l'a t'il pris ?"

Tout le reste semblait plus ancien, sûrement les produits des chapardages des frangins. Se retournant, elle s'intéressa à la table de nuit près de la paillasse, laissant les garçons fouiller avec curiosité les trophées de rapine.

Elle ouvrit le meuble et en sortit un médaillon. Il semblait inerte mais lorsqu'elle se retourna vers Slap, il se mit à briller doucement.

"Je le savais !!!! Slap !!! Vient voir !! Je sais où nous sommes ! Dans la chambre qui appartenait à ta vraie mère ! Triom a dû la murer à sa mort pour que ni toi ni Didiurn ne puissiez y aller ! Et voilà enfin ce que j'étais venue chercher ici !!"

Elle passa le médaillon au cou de Slap.

"Avec çà ! Fini les airs maladifs ! fini les convulsions loin de ta maison !! Ce n'était pas notre camp qui te rendait malade, mais d'être loin du médaillon que ta mère avait sûrement fait pour toi ! Les faiblesses de Didiurn l'ont obligée à lui graver plein de runes sur le corps ! mais toi, ce médaillon suffisait ! En temps normal, tu ne t'éloignais de ta maison que peu de temps, le temps de faire vos bêtises, et puis tu revenais, alors tu ne réalisais pas que tu t'affaiblissait loin de ta maison. Mais en restant à notre camp plusieurs jours, là tu as commencé à ressentir le manque ! Problème réglé ! Avec le médaillon toujours sur toi, tu ne crains plus rien !

Par contre, je n'ai pas trouvé le moindre grimoire ... Triom doit les garder avec lui ... Pas grave, nous avons l'essentiel, on peut rentrer au camp ...

En plus, le sort que j'ai lancé sur le "serpent gardien" ne durera pas éternellement, il risque de se réveiller ... Il vaudrait mieux qu'on rentre, non ?
"
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Slap-tout-sourire le Sam 3 Mar - 16:03

"Oui, oui ! sortons vite d'ici ! Après, moi ... je te suis ... là où tu iras !"

Machinalement, il ramassa sur la table de nuit un collier de perles qu'il enroula sur son poignet, comme un chapelet. Lentement, sans s'en apercevoir, l'attachement de Slap envers Enoria glissait progressivement de "mère de substitution", à autre chose ...

En remontant dans la salle de séjour, une sorte d'ivresse l'envahit. Il manqua de tituber et se rattrapa à Enoria qui l'empêcha de tomber. Ils commencèrent à se diriger pour sortir. Slap voulait être devant pour les guider entre les pièges mais sa vue se troublait et son sang palpitait a vive allure. On aurait vraiment dit qu'il était saoul. Eäron passa devant sans s'inquiéter de la mise à garde d'un Slap bafouillant.

"Attenchiiiion ! Les pièges d'Triom ! Fau'k'j'vous guiiiide !

Ne t'inquiète pas, je sais où ils sont maintenant !

Mais qu'est ce que tu as ?

Trooooooop fort !! J'me suis jamais aussi chenti bien d'ma viiiiiiiie !! T'es trop trop bonne ma Nénoria ! Déla première fois que ch'tavais vue, j'savais k't'étais une fée !! Waoooouh y'a plein d'couleurs partout !!

Un contrecoup du médaillon ? Hé ! Vas doucement, tu vas tomber !!
"

Eäron les attendait dehors, au pied de l'arbre. Lorsqu'Enoria et Slap le rejoignirent, ils n'aperçurent qu'au dernier moment une demi-douzaine d'hommes-loup. D'un gabarit similaire à des elfes, ils n'avaient pas grand chose en commun avec Sajin. Vêtus de cuir renforcé et armés de sabres et de poignards recourbés, ils portaient de grands sacs de toile et des cordes à la ceinture. Ils s'étaient répartis en arc de cercle et s'élançaient vers eux.

Seul Eäron ne semblait pas avoir été surpris par la soudaineté de l'attaque.

...
avatar
Slap-tout-sourire

Messages : 22
Date d'inscription : 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Eäron Valil le Sam 3 Mar - 19:53

« Dépêchez-vous ! On en a après nous visiblement.

- Attends ! s'écria Enoria. Slap ne va pas bien du tout, il divague complètement ! C'est sûrement un contrecoup du médaillon. Il faut faire quelque chose, il va nous retarder sinon !
- Maîtrise le bien, je vais l'endormir et le transporter sur mes épaules. »


Le druide sortit une plante de son sac, la frotta et la fit sentir au petit protégé de la magicienne. Au début, les troubles de ses sens s'accentuèrent, il essaya de se débattre pour gambader, pour être libre mais bientôt, ses secousses se firent moins importante et il s'endormit dans un profond sommeil.

« Il risque d'avoir un peu mal au réveil par contre ... »

Eäron balança le corps léger de ce qui commençait à être son ami sur son dos, l'agrippa fermement de ses deux bras pour l'immobiliser. Ils crurent pendant l'espace d'un instant qu'ils réussiraient à fuir sans aucun problème mais Slap se remit à bouger tellement le médaillon était puissant.

« Il faut que nous prenions de la distance. Ils vont nous guetter. Ils savent que l'endroit est protégé par des pièges alors ils ne vont pas prendre le risque de s'approcher. Nous devons obligatoirement nous séparer une fois le champ de pièges dépassé. Suivez moi de près. »

Pendant près de cinq minutes ils s'amusèrent à zigzaguer entre les embûches et plus d'une fois la magicienne, ayant du mal à suivre le rythme du druide, faillit se faire avoir. A la sortie, les hommes-loups les attendaient sur leurs gardes. Ils se cachèrent derrière un arbre quelques instants pour qu'Eäron puisse prévenir son amie :

« Foncez droit devant, je vais passer par un autre chemin un peu moins sûr mais je doute, à vue d'œil, qu'il puisse y avoir des pièges là-bas, vous voyez, sur la gauche du tas de branches. Essayez de vous servir de votre magie pour bloquer les flèches qu'ils vont nous tirer dessus, ou alors esquivez-les. Ayez confiance en moi, je vais leur réserver une surprise. Foncez tout droit ! »

Tandis qu'elle s'exécuta, il se mit à se concentrer et posa ses deux mains appuyées sur le sol. Au bout de quelques instants, un sourire illumina son visage, il leva la tête et partit derechef en courant.
La femme avait utilisé un bouclier pour s'abriter des projectiles de ses adversaires tandis qu'Eäron esquivait tant bien que mal à l'aide de son agilité et de son bâton. La magicienne s'approchait de plus en plus et sa peur ne cessait de croître. Elle crut un moment que son ami l'avait lâchement abandonné. Alors que ses ennemis s'apprêtaient à tirer leur épée, rangeant leurs flèches presque inefficaces - oui car elles endommageaient tout de même son bouclier - un hurlement féroce retentit et fit trembler de peur les hommes-loups. Ils crurent à une attaque majeure et ne demandèrent pas leur reste en déguerpissant rapidement. Une ours femelle s'extraya des broussailles, à la fois furieuse et ravie de constater qu'il n'y avait plus aucune trace d'êtres étrangers sur ses terres. Elle partit de sitôt.
Enoria qui s'était elle aussi cachée, reprit sa course folle.
avatar
Eäron Valil

Messages : 65
Date d'inscription : 31/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Enoria Golgotha le Jeu 8 Mar - 0:59

Enoria fila à toute vitesse. Réflexe d'instinct parce qu'en réfléchissant bien, l'intervention de l'ourse sentait le druide à plein nez. En ralentissant le pas, elle se permit de sourire en pensant à la frayeur que les monstres avaient du avoir.

Une intuition la fit freiner brutalement. Une flèche planta le bas de sa tunique dans un arbre.

"Héééé !!! T'a failli me toucher !!"

Le regard enragé et la bave de l'homme-loup la rappela à la réalité. Il lâcha son arc et dégaina une lame courbe. Enoria pointa son sceptre vers lui en prononçant quelques syllabes aiguës. Un éclair partit du sceptre et frappa son adversaire en pleine poitrine. Il vola en arrière. Mais dans la seconde, une branche s'anima et s'enroula sur son poignet, plaquant son bras et son sceptre contre le tronc. Avant d'avoir pu dire ouf, une autre branche s'enroula comme un serpent sur sa bouche, l'empêchant de crier. Ses 2 chevilles et son autre poignet furent aussi prisonniers et le tronc s'ouvrit, l'aspirant à l'intérieur. Quant à son adversaire, il ne se releva jamais : en plus de l'éclair, plusieurs racines s'étaient enroulées autour de son torse et l'avaient écrasé.

Dans le tronc, Enoria gesticulait comme elle pouvait. Une voix dans sa tête :
"Depuis que j'ai croisé ta "silhouette", j'ai préparé ce petit piège spécial pour toi ! Dès que tu actives ton sceptre près d'un des arbres que j'ai enchanté, il repère ton énergie et t'emprisonne ! Pas mal hein ?
Mais qui ?
Tu ne devines pas ?
Triom ?!?
Gagné poulette !!
Mais tu es ...
Prisonnier de ces fichus rase-moquettes ? Oui, toujours ! Mais çà n'empêche pas que mes pièges fonctionnent toujours et que, prise dans l'un d'eux, on peut communiquer un peu !
Tu me veux quoi ?
J'ai un marché à te proposer ...
"

...

...

Quelques instants plus tard, l'arbre se rouvrit et relâcha Enoria.
avatar
Enoria Golgotha

Messages : 121
Date d'inscription : 06/03/2011
Localisation : toujours en mouvement est la force

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Narrateur le Jeu 15 Mar - 21:12

Au camp, la matinée avait bien avancé. Plusieurs groupes avaient reçus diverses missions.

Un groupe commençait à creuser un fossé provisoire à l'extérieur du mur d'enceinte. Plus tard, Dahin s'occuperait d'une vraie douve mais pour le moment, çà faisait l'affaire. Au fur à mesure que les terrassiers avançaient le fossé, Balegleth plantaient profondément des pieux à intervalle régulier.

Un autre groupe sous la direction de Bardok bâtissait sur la façade intérieur du mur un chemin de ronde pour que des sentinelles puissent s'y placer. Il renforçait le chemin de ronde par des piliers de bois. Après tout, il fallait que cette construction puisse supporter le poids de Balegleth et Komamura : qu'ils puissent se battre eux aussi sur les remparts.

Un troisième groupe sous la direction d'Algo s'occupait de construire des cabanes en bois pour tous les civils. Il avait nettement moins d'autorité que les 2 nains ou le colosse d'écailles, mais les bâtisseurs devaient bien reconnaitre qu'il savait s'y faire pour disposer intelligemment les cabanes des familles.

Vers midi, Orcan et Komamura étaient en vue du camp. Ils eurent du mal à le reconnaitre.
avatar
Narrateur

Messages : 120
Date d'inscription : 28/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième Chapitre : Périls.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum